Elargir les regards, quels enjeux pour les décideurs et les organisations ?

Jan 2, 2017 | Enjeux

Un contexte instable.

Une importante littérature analyse la complexité, les mutations, auxquelles nous faisons face. Crises sociales, financières, environnementales, sociétales mais aussi probablement crise des valeurs, mondialisation, ouverture des frontières, impact de la révolution numérique, pour citer les plus évidentes.

Cette instabilité gagne l’entreprise qui jongle avec une concurrence accrue, des avancées technologiques continues, des facteurs humains, réglementaires, de responsabilité sociale ou encore macro-économiques. La mobilité du travail se joue aussi bien à un niveau réel que virtuel. Les dirigeants, dont on attend capacité d’innovation et réactivité, sont remerciés parfois rapidement.

La révolution numérique, à la fois économique et sociale, promeut l’individualisme, déjà présent dans la société. Elle permet en même temps à des communautés connectées et créatives d’exister.

Cette connexion croissante les uns envers les autres mobilise de plus en plus d’aspects psychologiques. Elle présente toutefois un paradoxe entre les moyens de communication dont nous disposons et une forme de solitude, de difficulté de communication entre les personnes.

La façon dont l’organisation agit et interagit avec ses employés, ses clients, ses partenaires change elle aussi en intégrant par ailleurs plusieurs générations disparates.

Les méthodes existantes ne parviennent plus toujours à répondre à l’ampleur des défis et à empêcher en particulier la montée d’une forme de souffrance au travail.

Y a-t-il un trop plein pour l’individu plus à même d’anticiper sa propre capacité d’adaptation ?

Si l’on considère un problème comme une occasion d’aller plus loin, n’y a-t-il pas dans ce contexte des champs à creuser et tout particulièrement celui de la réinvention, de la créativité, pour répondre aux enjeux du management aujourd’hui, tant au niveau de l’organisation que de l’équipe et de l’individu :

Innover, se différencier

Evolutions technologiques, baisse des coûts, incertitude sur l’avenir, nombre d’entreprises tentent de prendre le train en marche par le biais de veille stratégique et autre benchmark.

L’innovation et son installation dans la durée deviennent prioritaires.

Les innovateurs à succès savent souvent proposer une approche inédite, en s’appuyant à la fois sur les évolutions technologiques, économiques et sociales.

En sortant des cadres établis, ils surprennent, réinventent des gammes de produits.

L’enjeu ne devient-il pas de penser autrement ? Etre sensible à l’environnement, connaître ses utilisateurs, anticiper ce qui advient chez les clients, dans la société mais aussi au sein de l’entreprise, écouter son intuition pour permettre le changement.

S’adapter

Il est difficile pour l’entreprise aujourd’hui de changer aussi vite que le monde qui l’entoure. Comme l’individu, l’organisation a de plus en plus de mal à trouver les moyens de s’adapter à l’environnement.

Plus que d’adaptation, il faut de plus en plus interagir, anticiper le futur pour s’y préparer.

Gérer les personnes et les équipes

Il existe une sorte de paradoxe entre une innovation continue et les rapports humains en entreprise basés souvent sur d’anciens schémas où la souffrance au travail devient un fait de société. Serions-nous moins créatifs sur ces questions ?

La qualité du climat humain semble pourtant de plus en plus capitale pour mettre en adéquation le potentiel de chacun avec les tâches et les objectifs alloués, augmenter l’estime de soi et la confiance en soi à travers l’expression de ses idées, s’approprier ce qu’est l’entreprise, ses valeurs, sa différenciation en étant impliqué.

Conduire le changement

Imaginer le changement plutôt que le craindre nous permet de mieux l’orienter, notamment lorsqu’il dépend de l’environnement ou du marché et implique de fortes transformations.

Le rôle du manager est de favoriser ces changements chez l’individu et dans le système en l’encourageant et en l’accompagnant, en anticipant les résistances et les ressources nécessaires, en prenant en compte les différences, en favorisant les apprentissages, en le communiquant, pour ne pas maintenir au final ce qui existe déjà.

L’être humain a besoin de donner du sens à ce qui se met en place.

Améliorer la qualité

La qualité est un élément important de création de valeur pour une entreprise.

Améliorer la qualité d’une offre, de la vie au travail, de l’organisation elle-même suppose aussi de veiller à de nouvelles approches.

Résoudre des problèmes, prendre des décisions

Quand une situation est bloquée, il est utile de considérer le problème d’un autre point de vue, sans en rechercher forcément la cause, de lâcher prise avec des croyances limitantes, des attentes irréalisables ou la tentation de tout contrôler. Les solutions usitées toutes faites vers lesquelles nous nous dirigeons en général sont souvent des pièges. Elles risquent de rendre le problème encore plus difficile à régler, particulièrement dans une époque de mutations rapides.

Plus que dans la mise en place d’outils, la solution réside souvent au niveau de la relation entre les personnes.

Favoriser l’intelligence collective et la performance

Objet d’une attention grandissante, l’intelligence collective est un facteur important d’efficacité dans le fonctionnement des équipes au sein des organisations. Considérée comme un niveau supérieur de maturité d’une équipe, elle joue un rôle dans la performance. Elle amène des individus différents à partager leurs connaissances, leurs compétences, leurs expériences dans un projet commun. Les talents vont primer sur la fonction. Elle est porteuse d’innovation, de créativité.

Marion Casanova
Fondatrice d’Altra Vista